Vous êtes ici : ArchéologieHistoire

Préhistoire

La Préhistoire

Des derniers chasseurs-cueilleurs...

La Préhistoire a longtemps fait office de « parent pauvre » de l’archéologie locale.

Jusqu'à une époque récente, les données concernant cette période étaient le fruit de découvertes fortuites ou de ramassages de surface.

Les recherches effectuées notamment dans le Sud-Valenciennois à Maing, Famars ou Trith-St-Léger avaient montré l’occupation des abords de l’Escaut par les hommes du Paléolithique.

A Valenciennes même, les opérations menées au cours de ces dernières années ont considérablement enrichi nos connaissances sur le passé préhistorique de la ville. Les plus anciennes traces d’occupations humaines observées remontent au Mésolithique (-9000 à -5000 av. J.-C.).

Les sondages réalisés dans la plaine alluviale de l’Escaut ont en effet fourni aux archéologues des outils en silex témoignant de la fréquentation des lieux par les derniers chasseurs-cueilleurs.

... aux premiers agriculteurs

La période suivante, le Néolithique (-5500 à -2200 avant J.-C.), est la mieux représentée.

A cette époque, les premiers agriculteurs vont faire reculer la forêt naturelle pour y installer leurs champs et leurs troupeaux.

La découverte la plus intéressante a été réalisée en 2006, rue Jean Bernier, au sud de la ville actuelle. Ce site, daté de la première moitié du 3ème millénaire avant J.-C., a fourni le témoignage d’une gestion de la mort inédite tant sur le plan régional que national.

Les ossements d’au moins 17 individus déposés dans l’eau, à proximité d’une zone d’activité domestique, ont été mis au jour. Ces restes humains étaient accompagnés d’objets en silex, en os ou en terre cuite, caractéristiques de la vie quotidienne à cette période.

L’outillage en silex est utilisé pour des activités variées : moisson, travail des plantes, de l’os ou du sol. Les récipients en terre cuite servent au stockage ou à la cuisson des aliments.

En 2007, un diagnostic archéologique effectué avenue du Faubourg de Cambrai a confirmé le potentiel important de ce secteur de la vallée de l’Escaut pour le Néolithique.