Vous êtes ici : Archéologie

Missions

Préparation des opérations

Les archéologues interviennent en amont de projets d’aménagement susceptibles de détruire le patrimoine archéologique.

Avant le travail de terrain, il est nécessaire de réaliser une étude documentaire : il s’agit souvent de plans anciens, de résultats de fouilles effectuées à proximité, ou de textes historiques concernant les parcelles touchées par l’aménagement.

Les informations extraites du permis, complétées par l’étude documentaire, vont être regroupées dans un projet d’opération envoyé au Service Régional de l’Archéologie (DRAC), également dépositaire du permis, qui décidera ou non de prescrire un diagnostic.

En cas de prescription, le préfet de région désigne par arrêté le responsable d’opération et autorise la fouille.

La phase préparatoire s’achève par la commande des engins qui permettront le décapage du site (pelleteuse, brise roche hydraulique, tracto-bennes,…), et la mise au norme de ce dernier (base vie, barrièrage).

Cliquez sur l'image pour zoomer
Détail du plan de Valenciennes de 1786

Réalisation des chantiers

Les diagnostics

Le service archéologique municipal effectue l’ensemble des diagnostics archéologiques sur le territoire de la commune de Valenciennes.

Ces derniers consistent en une évaluation du potentiel archéologique d’un terrain avant un projet d’aménagement. Environ 10% de la surface est sondée sous la forme de fenêtres de décapages ou de tranchées linéaires de 2 mètres de large et régulièrement espacées.

Les résultats (nature des vestiges rencontrés, étendue du site, datation, mobilier archéologique) sont ensuite communiqués au Service Régional de l’Archéologie sous la forme d'un rapport.

Les fouilles préventives

En fonction de l'intérêt des vestiges rencontrés au cours du diagnostic, le Service Régional de l'Archéologie peut demander la réalisation d'une fouille préventive.

Dans ce cas, c’est l’ensemble du site qui sera décapé à la pelle mécanique afin de faire apparaître les niveaux anciens.

Tous les indices d’occupations humaines (murs, fosses, fossés…) sont alors fouillés, dessinés et photographiés. Selon les sites des spécialistes peuvent être amenés à intervenir (géomorphologues, palynologues, anthropologues…).

Cette phase opérationnelle prend fin avec le prélèvement, sur le site, des objets découverts et d’échantillonnages.

Cliquez sur l'image pour zoomer
Site de la rue Jean Bernier en 2006

Etudes

La phase d’étude débute par le nettoyage ou la restauration des objets prélevés, et par l’interprétation des informations prélevées sous forme de fiches, de plan ou de coupes stratigraphiques.

Ce travail de post-fouille peut durer plusieurs années dans certains cas ; il permet la réalisation d’un Rapport de Fin d'Opération (RFO), que le responsable d’opération a l’obligation de livrer au Service Régional de l’Archéologie (SRA).

Le DFS est examiné par le SRA qui peut exiger des compléments en cas de lacune, et qui l’envoie ensuite à une Commission Inter Régionale de l’Archéologie qui le valide et propose éventuellement des travaux complémentaires.

Cliquez sur l'image pour zoomer
Dessin d’un couvre-feu découvert lors des fouilles du « cœur de ville » (Dessin : Patrice Korpiun).

Valorisation

La valorisation des découvertes constitue une étape importante du travail des archéologues.

La réalisation d’expositions, l’édition d’ouvrages ou de plaquettes destinées à un large public permet de restituer à la population un patrimoine et une histoire qui sont les siens.

Sur certains sites, des visites de chantiers en cours de fouille peuvent également être organisés, notamment à destination du public scolaire.

Cliquez sur l'image pour zoomer
Exposition « Un millénaire de vie urbaine » dans le hall de l’hôtel de ville de Valenciennes en 2007