Vous êtes ici : ArchéologieHistoirePréhistoire

Rue Jean Bernier

Rue Jean Bernier

Le site de la rue Jean Bernier a été fouillé en 2006 et 2007 par le service archéologique de Valenciennes en collaboration avec le  Centre de Recherche d’Archéologie Nationale de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique). Le terrain se situe au sud de la ville actuelle à la base du versant oriental de la vallée de l’Escaut. Le principal intérêt du site réside dans la découverte d’un important gisement du Néolithique final (3ème millénaire avant notre ère).

L'aménagement du site

L’opération a permis la mise au jour d’une zone d’activité domestique surplombant un bassin parsemé d’îlots. Les néolithiques ont aménagé cet espace en creusant de nombreux fossés dans la berge du bassin.

Ces derniers servaient vraisemblablement à évacuer les eaux de ruissellement. Les îlots ont également été transformés par creusement de fosses ou de biefs entre deux buttes. Ces aménagements au sein du milieu humide sont peut-être liés à la pêche.

Des activités variées

Les outils en silex, en os ou en grès, témoignent des  nombreuses activités menées sur le site ou à proximité : taille du silex, récolte des céréales, mouture, chasse, travail de l’os… Le mobilier céramique peut être divisé en deux catégories : une céramique grossière largement majoritaire représentée essentiellement par des fragments de grandes jarres et une céramique fine, beaucoup plus soignée portant parfois des décors incisés dans la pâte.

Une gestion particulière de la mort

La présence d’ossements humains appartenant à au moins 17 individus témoigne de pratiques liées aux défunts totalement inédites. Certains ossements ont  été simplement déposés ou rejetés dans l’eau après la décomposition des parties molles tandis que les corps de sept individus ont été déposés au sommet ou à proximité des îlots.

L’absence de véritables aménagements sépulcraux pourrait indiquer qu’il s’agissait d’une population marginale, exclue de la communauté, voire même sacrifiée.

Quoiqu’il reste difficile de démontrer l’origine funéraire de tels dépôts, l’étude anthropologique met cependant clairement en évidence l’existence d’un recrutement spécifique où dominent les sujets masculins adultes.

Seules de nouvelles découvertes permettront de mieux comprendre les pratiques observées ici.

Galerie d'images

Cliquez sur l'image pour zoomer
Gobelet en céramique grossière
Cliquez sur l'image pour zoomer
Individu mis au jour au sommet d'un îlôt